Soyez heureux avec vos cheveux


Il y a quelques temps, j’ai invité Julien Winninger et Charley Assoun, spécialistes du bien-être capillaire. Ces messieurs sont des thérapeutes du cheveu.

Mais qu’est-ce qu’un thérapeute du cheveu ? Quelqu’un qui comprend déjà à quel point nos cheveux sont importants pour nous, à quel point ils reflètent une partie intime de notre être.



D’ailleurs, combien de temps avons-nous passé dans notre vie à nous coiffer, à regarder notre coupe ? Difficile à dire : des jours, des semaines, des mois entiers ? Non, ce n’est pas de la vanité. Il est normal que notre apparence soit en accord avec notre être profond.

Ce qui est plus vaniteux, par contre, c’est de croire que nous pouvons, comme le suggérait une ancienne publicité, faire ce que nous voulons avec nos cheveux. Car ce ne sont pas des choses inertes, mortes, mais une prolongation authentique de nous-mêmes.

Ecoutez notre émission sur les cheveux.

Nous l’oublions, pas eux. Ils deviennent fins, cassants, ils tombent. Et nous désespérons de leur état. Nous aimerions leur parler, leur donner du courage, leur faire reprendre du poil de la bête, mais eux n’ont pas oublié les mauvais traitements que nous leur avons infligés : environnements étouffants, enfumés, colorations, décolorations, stress.

Heureusement, il existe des spécialistes pour nous aider à y remédier.

La puissance vibratoire du cheveu

Les cheveux sont comme nous, ils ont besoin de se détendre. Ils sont aussi les réceptacles de nos mauvaises humeurs, de nos stress. Il faut libérer nos cheveux !

Le massage du cuir chevelu, bien sûr, est essentiel. Cela représente non pas le fin du fin, mais la base même d’un soin du cheveu. Comme un arbre, le cheveu s’enracine. Si le terreau est mauvais, il le subit.

Julien Winninger, de son côté, est adepte d’instruments de coiffure insolites, les lames japonaises. Il coupe au sabre, au tantô (sabre court), et aussi au rasoir. Pour lui, les lames transmettent leur pouvoir de vibration au cheveu. Et ses clients en redemandent !

Pourquoi être si dur envers soi-même ?

Si les cheveux ont besoin d’être chéris, choyés, chouchoutés même, ce n’est pas que le problème vient d’eux, mais de nous.

L’état de nos cheveux reflète notre difficulté à nous accepter. Nous voudrions, comme dans les publicités, avoir des cheveux éclatants, solides, sains. Les blondes voudraient être brunes, et réciproquement. C’est que la publicité nous montre un idéal qui n’existe pas. Les perruques sont un trucage banal des réclames pour les shampooings et soins du cheveu. Mais nous prenons ça comme une excuse, pour ne pas nous aimer.

Nous savons tous que nous ne serons pas aussi solaires que les actrices ou les acteurs de cinéma. Alors, pourquoi croire qu’avec les colorants chimiques nous pourrions nous approprier l’éclat que nous voyons dans les publicités ?

Parce que cela nous fait plaisir de le croire. Mais en fait, prendre soin de soi, c’est beaucoup plus simple que ça.

Détendez-vous, tout va bien se passer

Soyez d’abord à l’écoute de vos cheveux. Il y a une grande différence entre se passer la main dans les cheveux pour se les gratter, rageusement, ou pour se masser le cuir chevelu.

Retrouver de beaux cheveux, c’est retrouver un respect de soi, la conscience de chaque geste, l’importance de la respiration. Voilà pourquoi cela fait une grande différence, de se masser régulièrement le cuir chevelu.

Cela permet de libérer l’énergie de notre cuir chevelu, même si nous perdons nos cheveux. Comme la gymnastique, cela nous détend et nous ouvre à la joie.

Se laver les cheveux deux fois par semaine suffit, sauf si vous faites un travail plus salissant, comme pour les cuisiniers.

Aimez-vous tels que vous êtes !

Nathalie Lefèvre et Gary Laski

VOUS ÉCOUTEZ EN DIRECT RADIO MÉDECINE DOUCE 

© Radio Médecine Douce 2018