• Nathalie Lefèvre

Le tournant de la crise de la quarantaine

Mis à jour : 12 janv. 2018

Avez-vous déjà eu l’intuition que ce qui vous arrivait, vos façons de vivre et de réagir, vos motivations, étaient dues à des étapes manquées de votre vie, dont vous avez perdu la signification profonde ?


Le point de bascule et le conflit intérieur


Le point de bascule est un moment où nous remettons en cause radicalement notre façon de vivre. Cela peut arriver à la trentaine ou à la quarantaine. Et cela est de toute façon voué à se reproduire un peu avant la soixantaine, lorsque nous abordons la troisième partie de notre existence.


Mais pourquoi ce point de bascule ? Pourquoi ce conflit intérieur ? À cause de l’ego. C’est en quelque sorte la loi de la nature. Pour survivre, nous voulons nous sentir meilleurs, plus forts que les autres, nous voulons notre place. Et cette place nous permet d’accéder au confort.

Mais le confort, est-ce là tout ? Non, nous sommes venus sur la Terre pour autre chose. Nous sommes aussi autre chose. Nous sommes des âmes, sentantes, aimantes. Et un jour ou l’autre nous sentons que notre âme est insatisfaite. Aucun confort ne peut pallier cela.


C’est que l’ego protège notre âme, mais il usurpe aussi sa place. Si nous n’écoutons que notre ego, alors nous nous fourvoyons.


Dépasser la prédominance de l’ego dépend aussi du chemin que nous avons pris, des étapes que nous avons parcourues. Elles sont, au nombre de quatre et ce sont elles qui définissent les moments de notre enfance et de notre adolescence, jusqu’au passage à l’âge adulte. C’est cela, le contrat de survie.


Les 4 grandes étapes de notre vie


Ces étapes font partie de notre stratégie de survie, ce qui va définir notre ego. Celui-ci était déjà présent dans la vie fœtale, mais il se développe par la suite pour nous garantir la survie. Celle-ci n’est pas l’essentiel de notre existence, mais ce qui nous permet de parvenir jusqu’au moment où nous pouvons envisager une vie en accord avec notre être profond.


Or si ces quatre étapes n’ont pas été franchies, nous faisons perdurer nos conflits intérieurs, et nous nous fermons la possibilité d’évoluer. Mais ces quatre étapes, quelles sont-elles ?


D’abord il y a l’enfant magique, jusqu’à 7 ans, qui contient en lui toutes les possibilités de la personne qu’il va devenir plus tard. Cette période se termine par les premières souffrances et le moment où la personnalité va s’affirmer, devenir soit victime, soit rebelle.


La rébellion est un moment crucial pour pouvoir passer à la troisième étape, celle de la compromission, où l’on va vendre ses capacités et ses efforts pour trouver sa place. Enfin, de 21 à 28 ans, c’est l’archétype du saboteur : la tendance à nous faire échouer nous-même, jusqu’à ce que vienne le déclic, ce point de bascule qui nous découvre à notre âme.


Notre parcours spirituel est donc jalonné de moments importants, qu’il s’agit de définir, pour bien saisir si nous les avons dépassés ou pas. La peur, l’isolement, la souffrance sont des cycles potentiellement sans fin, et lorsque nous y sommes confrontés, il est important de revenir sur les moments fondamentaux de notre évolution, pour comprendre nos lacunes existentielles.


Parce que nous sommes avant toute chose les acteurs de nos vies !

Soyez heureux  !


Gary Laski et Nathalie Lefèvre

VOUS ÉCOUTEZ EN DIRECT RADIO MÉDECINE DOUCE 

© Radio Médecine Douce 2018