Sexualité : Le tao de l'amour

Mis à jour : 19 juin 2018

J’ai récemment eu le privilège de recevoir Fabrice Martinez pour parler d’un sujet qui nous concerne tous : comment faire l’amour. Car le Tao, que connaît bien mon invité, cela se pratique aussi sous la couette ! Voici donc quelques conseils orientaux pour donner de l’amour avec l’art qu’il mérite.


Gérer ses émotions


Notre corps est un tissu d’informations, un réseau électromagnétique, et le tao nous rend capable de contrôler cette énergie. Cela implique de gérer ses émotions, de n’être ni dans le relâchement excessif, ni dans la rétention : il faut trouver le juste milieu. Et cet équilibre, qui nous permet de trouver la bonne énergie, cela se pratique aussi dans la chambre à coucher.



Le désir pour l’autre est naturel, et il dépend de deux forces antagonistes, le feu, dont le siège est dans le cœur, et l’eau, dont le siège est dans les reins. Leur rapport est le même que le yang et le yin. Pratiquer l’art d’aimer dépend de cet équilibre, et de la fusion des contraires, qui se retrouvent également chez les partenaires, les hommes étant plus yang, et les femmes yin.


Écoutez notre podcast sur Le tao de l'amour

Aussi, bien s’aimer, c’est déjà pour l’homme tempérer son yang, et la pour la femme, réveiller son yin, en principe plus lent, moins impulsif.


Ce ne sont qu’un principe général. Le Taoïsme, parce qu’il est un art, implique une pratique sensuelle, et une véritable entente, voire une communion entre les partenaires. Il procure des plaisirs aussi raffinés qu’intenses, mais il est aussi une réflexion sur le rapport de notre sexualité à notre santé.


À quoi sert la sexualité ?


En général, on ne se pose pas la question. On a envie de faire l’amour, comme un besoin profond, de même que l’on a faim ou soif. Mais dans le Taoïsme, l’acte d’aimer est une régénération de soi. Qui peut conduire à changer nos habitudes…


C’est ainsi que les hommes doivent apprendre à ne pas éjaculer, à avoir des orgasmes sans émission. Ne pas « finir », c’est de ce point de vue, autant de temps de vie de gagné. Car chaque éjaculation est une perte de substance.

Toutefois, il n’est pas recommandé pour les messieurs de se retenir au dernier moment, car le liquide séminal peut se diffuser dans les urines, et occasionner des échauffements, voire des brûlures. Il est donc important d’apprendre à se retenir bien en amont, pour savoir atteindre l’orgasme sans interrompre l’acte.


De même, la femme ne doit pas se laisser aller à des « orgasmes involontaires ». Le Taoïsme ne perçoit pas le sexe comme un déchaînement de pulsions mais comme un raffinement. Les femmes gagnent, dans cet ordre d’idées, à apprendre à se contrôler, à se muscler aussi le vagin à l’aide d’œufs en jade ou de boules de geisha, afin de donner le plus de plaisir possible à l’homme, du moins s’il a lui aussi appris à se retenir !


Dans la spiritualité orientale, il n’y a pas d’éveil spirituel possible si l’on se coupe de l’immense potentiel énergétique qui se retrouve en bas de notre corps, dans ce qu’en Occident, l’on appelait, il n’y a encore pas si longtemps, « les parties honteuses ».


C’est pourquoi la pratique sexuelle, en solitaire ou en couple, est essentielle à notre santé, à notre circulation énergétique. Fabrice Martinez nous a recommandé au cours de l’émission, plusieurs livres qui vous accompagneront sur la découverte de votre sensualité, dont voici la liste :


Le tao de l’art d’aimer, de Jolan Chang

Les secrets de l’extase, de Nick Douglas et Penny Singer

Les enseignements sexuels du dragon de jade, de Shi Lai

Les enseignements sexuels de la tigresse blanche, du même auteur.


Vous savez ce qu'il vous reste à faire !


Nathalie Lefèvre


A consulter : Rompre avec la dépendance affective

VOUS ÉCOUTEZ EN DIRECT RADIO MÉDECINE DOUCE 

© Radio Médecine Douce 2018