• Nathalie Lefèvre

La respiration


Je recevais il y a maintenant presque 2 ans François Gautier, à l’occasion de la sortie de son livre Apprendre à souffler, les secrets de respiration du yoga. Et François Gautier, ce n’est pas n’importe qui.



Journaliste, correspondant pour la presse quotidienne et hebdomadaire française, François Gautier est un spécialiste de l’Inde, auteur d’une quinzaine de livres.

Ce que François Gautier sait, il l’a expérimenté. Il nous parle de yoga, il nous décrit à quel point cette discipline a changé sa vie et son travail stressant de journaliste. Marié avec une Indienne, vivant sur place depuis plus de 30 ans, son expérience est d’or.


Ecoutez notre émission sur la respiration

Tandis que ses collègues écrivent de nuit, « marchent » au café, à la cigarette et parfois aussi, à l’alcool, lui a su rester sobre. Il a appris à travailler le matin, à se servir de cette énergie au fond de lui, que nous possédons tous. Et c’est ce qui confère à son exemple une portée universelle.

Une source de vie toujours présente


Le problème premier, quand on est un employé travaillant à son bureau – ce qui est aussi le cas des journalistes – c’est que l’on n’oxygène plus son corps. La position assise, le plus souvent penchée en avant vers son ordinateur ou sa feuille de papier, nous coupe la respiration. Or l’oxygène est le carburant de notre vie.

Voilà ce qui a poussé François Gautier, après avoir été initié à Pondichéry, à suivre la voie du Pranayama, le yoga de la respiration. Comme il me l’a confessé, cette énergie a bouleversé sa vie et lui a donné un enthousiasme qu’il ne pensait plus avoir, et qui a été son moteur tout au long de sa carrière.

Outre la dimension spirituelle du pranayama et de l’Inde, il considère avant tout le yoga de la respiration comme une technique d’une grande sagesse, qu’il est possible de faire essayer à toutes et à tous, même aux plus jeunes. D’ailleurs, l’émission que nous avons enregistrée avec des jeunes en réinsertion qui ont expérimenté la méditation, confirme son idée.

Le souffle : outil universel


Oui, la respiration est un outil et un moteur à portée de main. Nous n’avons pas besoin de réfléchir pour respirer.

D’ailleurs, les grands déprimés respirent de façon ténue ; les grands colériques, par saccades, et sont à ce titre plus enclins à avoir des crises cardiaques. Une respiration longue, apaisée, nous promet une longue vie.

Mais il n’est pas facile d’expérimenter. Il y a le jugement des autres, notamment dans notre pays, où pendant longtemps, le yoga a été associé à des mouvements sectaires, et suscite encore des moqueries.

Et puis il y a notre karma, c’est-à-dire notre passif moral, individuel et collectif. Nos souffrances font partie de nous, et nous avons bien du mal à nous en séparer, à réfléchir sans nous y référer.

C’est que nos souffrances sont inhérentes à la représentation du monde et des choses qui le composent. C’est parce que nous nous sommes brûlés avec le feu que nous savons ce qu’il est. Mais le pranayama, le yoga de la respiration, nous invite à penser par-delà nos limites et nos souffrances. Voilà pourquoi, même s’il est très accessible, beaucoup de gens trouvent cette discipline difficile.

C’est pour ça que le livre de François Gautier est riche d’enseignement et nous facilite la vie : il nous donne des exercices que l’on peut pratiquer sans mal, chez soi, ou même au travail, afin de nous libérer de ces stress qui nous empoisonnent, et d’accéder à cette liberté que nous confère une énergie véritablement renouvelée.

Soyez heureux !

Nathalie Lefèvre et Gary Laski

VOUS ÉCOUTEZ EN DIRECT RADIO MÉDECINE DOUCE 

© Radio Médecine Douce 2018