Karma et force intérieure : notre pouvoir caché

Mis à jour : 9 juil. 2018

La responsabilité sonne à nos oreilles comme une obligation. Pire encore, une contrainte qui ne semble pas vraiment avoir de limite.


Jusqu’où suis-je responsable ? Dois-je répondre de mon voisin, de mes enfants, de mes parents, de la faim dans le monde, de la destruction sans retour de l’environnement ? Plus on l’étend, plus la responsabilité paraît douloureuse. Et la concevoir de cette manière ne nous apporte rien, sinon l’envie de nous mettre la tête dans le sable…


Nous sentir responsables, c’est nous rendre conscients de ce qui nous entoure : c’est donc aussi avoir du pouvoir sur les choses. Et si nous nous désintéressons moralement du monde, nous perdons prise sur lui.


Mais cette conscience de nous-mêmes et de ce qui nous entoure implique aussi que nous fixions des limites à notre responsabilité. Il y a pour cela quelques techniques.



Qu'est ce que le karma ? Tout part de la conscience


Quel est mon degré de conscience, quand j’agis ? Question piège ? Absolument pas. Nous savons tous que nous agissons parfois sans réfléchir, mais que cela peut avoir des conséquences pénibles.


C’est que nous prenons conscience des problèmes quand il est déjà trop tard, alors que notre conscience de nous-mêmes et du monde qui nous entoure agit en amont.

C’est comme lorsqu’on oublie ses clefs chez soi, après avoir claqué la porte. Cela ne sert à rien de se blâmer, de rejeter la faute sur ce qui nous a distrait, ou même de nous trouver des excuses a posteriori. Répondre de nos actes implique de les anticiper !


Cela implique aussi que nous prenions conscience de notre place dans le monde. Quand nous sommes au courant des pratiques malhonnêtes, voire immorales de certaines entreprises, nous pouvons prendre le parti de les boycotter. Il en va de même pour l’environnement. Le pouvoir de nos petites habitudes est immense, et il suffit de faire le premier pas pour agir.


ECOUTEZ NOTRE PODCAST : Le Karma

Bien entendu, cela ne concerne pas seulement le monde qui nous entoure, mais aussi nous-mêmes : nos sentiments, notre santé, auquel nous nous devons de rester attentifs.

Dépasser nos souffrances


Dans le bouddhisme et l’hindouisme, le karma est une notion fondamentale. Nous avons tendance à nous faire de fausses idées à ce sujet. Il est couramment assimilé à la bonne ou à la mauvaise fortune : « j’ai un mauvais karma aujourd’hui », ou pire, il n’est compris que d’un point de vue punitif, ce sont alors les rétributions que nous craignons lorsque nous enfreignons la morale, pourtant très judéo-chrétienne, qui est la nôtre.


Le karma n’est pas cela. Ce sont des valises que nous portons avec nous, en particulier pour les hindouistes et les bouddhistes, de vie en vie. Ce sont des schémas, des habitudes, des mécanismes de pensée qui nous appartiennent. Dans ces valises, il y a des tendances positives, et d’autres négatives, et il nous arrive parfois de répéter indéfiniment les mêmes erreurs, qui semblent alors faire partie de notre personnalité. Mais nous avons le choix de transformer ce que nous sommes. C’est ça, se rendre responsable.


Cela implique aussi de reprendre le contrôle de nous-mêmes, de nos sens et de nos désirs. Combien de fois désespérons-nous de nous détacher de nos mauvaises habitudes ? Combien de fois il nous semble indispensable de posséder des choses ou des personnes, pour nous rendre ensuite compte que ces désirs ne servaient qu’à combler un vide ?


Il est donc important de nous faire face, de nous parler, de méditer aussi, pour mieux nous interroger : qu’est-ce qui me manque ? Qu’est-ce qui me rend malheureux ?


Il suffit pour cela de prendre une feuille et de faire cet exercice que recommandait le philosophe Epictète, il y a deux mille ans de cela : départager ce qui dépend de moi et ce qui ne dépend pas de moi. Changer ce qui dépend de nous, c’est déjà faire un grand pas – accepter que certaines choses sont hors de notre responsabilité, c’est le suivant !


Libérez-vous !


Nathalie Lefèvre et Gary Laski


N'hésitez pas à consulter notre article complémentaire sur l'ego.

VOUS ÉCOUTEZ EN DIRECT RADIO MÉDECINE DOUCE 

© Radio Médecine Douce 2018