VOUS ÉCOUTEZ EN DIRECT RADIO MÉDECINE DOUCE 

© Radio Médecine Douce 2018 

  • Nathalie Lefèvre

Estime de soi, aimez-vous comme vous êtes !

Mis à jour : 11 janv 2018

Il est naturel que nous ayons quelques fois du mal à nous accepter. Le pire est que nous ne nous en rendions même pas compte. Nous gardons ainsi, à notre égard, des rancœurs qui ne font que s’accroître avec le temps.


Le résultat ? Nous n’osons plus, nous préférons la passivité. Le courage nous manque. Et le moral descend dans les chaussettes.




Avoir de la reconnaissance, le principe fondamental


Nous n’existons qu’en tant que les autres reconnaissent notre existence, notre place, notre rôle. Si nous naufrageons sur une île déserte, nous ne sommes plus personne, car nous n’existons plus pour personne.


C’est une réalité sociale qui, pour être élémentaire, en dit long sur notre propre rapport à nous-mêmes.


En effet, nous pensons instinctivement qu’il nous faut convenir aux autres pour qu’ils attestent de notre valeur. Mais cela nous pousse aussi à effacer notre personnalité. Nous ne voulons pas exprimer ce que nous ressentons parce que nous craignons que les autres en soient offensés, ou éclipsés, ou les deux.


Jusqu’à ce qu’on en vienne à ce paradoxe : nos efforts pour être acceptés socialement finissent par occulter qui nous sommes. N’est-il par absurde de vouloir que l’on nous accepte, si c’est pour être quelqu’un que nous ne sommes pas ?


Arrêter de se rabaisser


Il faut donc commencer à nous aimer pour ce que nous avons de positif. Nous ne sommes pas des enfants, et nous savons distinguer le bien du mal. Donc, instinctivement, nous connaissons nos qualités et nos défauts.


Mais nous préférons diminuer nos qualités et exagérer nos défauts. Pourquoi ? Parce que nous avons peur d’être enviés, puis rabaissés. Nous avons peur que l’on nous remarque trop, que l’on s’en prenne à nous, ou que l’on parle dans notre dos.


Enfin, nous avons surtout peur d’avoir trop de personnalité, d’effrayer les autres. En fait, eux non plus ne s’acceptent pas. Ce n’est pas parce que vous assumez votre personnalité que vous allez devenir infréquentable pour autant.


D’ autre part, si l’on vous demandait de mettre un masque tous les jours, mais que l’on n’acceptait pas que vous l’enleviez, auriez-vous vraiment le sentiment d’être aimé ? Non, vous auriez seulement l’impression que n’importe qui d’autre pourrait porter le masque à votre place, et que vous n’êtes pas digne de l’amour que l’on vous porte.


Et c’est cela que nous faisons quand nous nous dénigrons : nous savons que notre visage déborde du masque, mais nous tenons à tout prix à nous dissimuler dessous. Ne pas faire de vagues. Plutôt plaire un peu que risquer de déplaire. Mais sommes-nous heureux ainsi ? Non.

S'accepter tel que l'on est


Savoir s’estimer à sa juste valeur n’est pas quelque chose d’inné. D’abord, savoir exprimer ses émotions est essentiel. Ce sont elles qui nous font exister dans le monde. Lorsque nous exprimons ce que nous ressentons, nous ne pouvons plus cacher qui nous sommes. Au contraire, nous l’assumons.


D’autre part, s’il y a une personne qui doit nous aimer, c’est nous-mêmes. Nous sommes nos meilleurs amis. Et même plus !


Non seulement, nous devrions accepter de nous aimer tels que nous sommes au fond de nous, mais nous avons tout à gagner à nous aimer au quotidien. Car c’est nous qui décidons de qui nous sommes vraiment. Nous nous mettons au monde nous-mêmes, pour reprendre les termes de Valérie Richard.


Mais cela exige que nous sortions un peu de nos habitudes, de cette zone de confort où nous avons une impression de contrôle sur notre existence. Plus nous apprenons à nous défier, et plus nous prenons confiance en nous !


Se construire et oser s'affirmer

Oui, cela paraît si difficile quelques fois de s’assumer, que l’on se demande par où commencer. Même si beaucoup d’éléments de notre vie nous déplaisent, que nous voudrions changer, nous ne sommes pas prêts pour un changement radical.


C’est pour ça qu’il faut d’abord regarder d’où l’on part, quelles sont nos qualités. C’est en amplifiant le bon en nous que nous effaçons notre négativité, et non pas le contraire. Sinon, cela revient à nous détruire plutôt qu’à nous construire.


Il est aussi très important d’admettre que la perfection telle que nous l’entendons, n’existe pas. Personne n’est au-dessus de nous. Les gens ne sont que plus ou moins accomplis ou inaccomplis. Si nous admirons certaines personnes, c’est parce qu’elles sont plus accomplies que nous. Vouloir être à leur place, c’est se nier.


La vie n’est pas linéaire, et il la sagesse est d’apprendre à en épouser les mouvements ; gardez le cap, et identifiez ce qui nous rend heureux. C’est le mieux que je puisse vous souhaiter !


Expérimentez-vous !


Gary Laski et Nathalie Lefèvre