• Nathalie Lefèvre

Les fleurs de Bach : assumer ses émotions


Où en êtes-vous avec vos émotions ? Difficile à dire, non ? C’est normal : les émotions nous échappent. Même si elles semblent superficielles, elles révèlent en nous quelque chose de profond. D’ailleurs, si nous les cachons si souvent, à nous et aux autres, c’est parce que nous n’avons pas de prise sur elles…



Mais plus on essaie d’écarter une émotion, plus elle résiste. Nous avons donc tout à gagner à les assumer !

C’est le thème de l’émission, que j’ai enregistrée avec Nathalie Auzeméry, à propos des fleurs de Bach, premier épisode de notre programme flower power.

Qui n’a pas entendu parler de ces petits flacons remplis d’essences florales ? Elles font désormais partie de notre arsenal anti-stress quotidien, et l’on en vante les mérites jusque dans les séries télévisées.

Ecoutez notre émission sur les fleurs de bach

Mais il n’y a rien de magique là-dedans. Bien choisir nos fleurs de Bach relève d’un choix assumé, d’une véritable reconnaissance de nos troubles, parfois même de nos inquiétudes et de nos angoisses.

Et il n’y a pas moins de 38 espèces de fleurs, qui correspondent chacune à une émotion particulière !

Vaincre toutes les formes de peur


Les fleurs de Bach sont des armes redoutables, et pourtant elles ne blessent personne, bien au contraire ! Elles nous permettent de faire face à nos émotions les plus contradictoires, parfois même les plus douloureuses. Encore faut-il être à même de les reconnaître, et d’écouter votre conseiller.

Car si l’on ne reconnaît pas ses troubles et ses faiblesses, comment les affronter ?

C’est aussi là le secret de ces fleurs : il n’y a pas de miracle, juste la volonté de reconnaître une émotion douloureuse et de l’écarter volontairement, un temps, grâce à la prise des gouttes adaptées.

Car ce n’est qu’en reconnaissant nos faiblesses que nous sommes capables de les surmonter !

Cette fois-ci, c’est bien des peurs dont nous a parlé Nathalie Auzeméry. Pour les contrer, le Dr Bach prescrit 5 fleurs, qui représentent autant de formes de craintes différentes :

  • Le mimulus (ou la mimule), pour les craintes connues, qui nourrissent notre négativité. notre incapacité à entreprendre ou encore notre trac

  • L’aspen (le tremble), pour les angoisses, les cauchemars, les peurs non-identifiées.

  • Le red chestnut (le marronnier à fleurs rouges), pour les peurs que nous avons pour les autres, pour ceux que l'on aime.

  • La rock rose (l’hélianthème), pour les inhibitions dues aux grandes frayeurs et les traumatismes

  • Le cherry plum (prunier-Myrobolan), pour la peur de manquer de contrôle, de "craquer", de péter les plombs, de faire ou dire des choses que l'on regrette ensuite.

Votre thérapeute idéal


Ces jugements concernent aussi ceux envers qui nous avons du ressentiment, ceux dont on n’arrive pas à se mettre à la place.

« Pourquoi cette personne m’a-t-elle fait du mal ? Pourquoi m’en fait-elle encore ? » Ce sont des questions qui occupent nos pensées à notre insu, et dont il est parfois très dur de se débarrasser.


En fait, nous restons encore prisonniers de nos jugements ! Nous les faisons durer. Résultat : nous ressassons sans rien avoir à y gagner.

Si vous avez subi une injustice, si quelqu’un vous a fait du mal, il y a un moment où vous devez pardonner. Pour vous, pour que vous cicatrisiez au fond de vous. Cela semble impossible au premier abord. Vous n’obtiendrez certainement jamais réparation, pas au sens où vous l’entendez en tout cas.

Mais se débarrasser de la rancœur, c’est se grandir : votre vie mérite mieux que de conserver indéfiniment ces blessures au cœur, qui ne veulent pas guérir. Et quelques fois, il faut suffisamment s’ouvrir pour se rendre compte que c’est nous, au fond de nous, à qui nous en voulons. De ne pas être ou de ne pas avoir été qui nous voulions être. De ne pas savoir ou avoir su quoi faire. C’est pourquoi il est aussi important de se pardonner. Nous sommes plus que le jugement sévère que nous portons sur nous-mêmes, bien plus.

Nous avons tous peur de nous guérir, de ne pas être à la hauteur. Mais l’accepter permet de devenir nous-mêmes !

Soyez heureux !

Nathalie Lefèvre.


Découvrez également le remède d'urgence (rescue) des fleurs de Bach sur le site de notre partenaire La Vie Naturelle.

VOUS ÉCOUTEZ EN DIRECT RADIO MÉDECINE DOUCE 

© Radio Médecine Douce 2018